Des animaux qui préviennent les incendies de forêt

Lorsque la période de sécheresse arrive, il y a un risque d’incendies de forêt qui détruisent des milliers d’hectares. C’est pourquoi les vaches, les moutons et les chèvres jouent un rôle important, car ces deux animaux agissent comme des désherbants naturels, consommant entre 2,5 et 3 kg d’herbe sèche par jour.

L’environnement et les feux de forêt

La préservation de l’environnement est d’une importance vitale pour la société. Il est donc indispensable de prendre des mesures pour contrôler les dommages éventuels. Dans les zones rurales, les alertes de risque pour d’éventuels feux de forêt doivent être activées, car elles causent des dommages au sol, tout en nuisant à la santé des personnes à proximité. En outre, les incendies en période de sécheresse peuvent également entraîner de nombreuses pertes économiques pour les propriétaires d’exploitations agricoles.

Comme il existe plusieurs endroits à risque et que la plupart des villages n’ont pas mis en place d’élevage, il est important de prêter attention à ces questions. De plus, les incendies de forêt contaminent les champs de fruits et légumes, ce qui diminue la qualité de vie des villageois.

Les vaches, les moutons et les chèvres contribuent à une réduction considérable de ce risque, car ces animaux sont herbivores, c’est-à-dire qu’ils mangent les buissons, les mauvaises herbes, l’herbe, etc. De cette manière, la pollution due aux incendies de forêt est considérablement réduite.

En d’autres termes, l’activité des bovins, des caprins et des ovins profite non seulement à l’agriculteur mais aussi à la communauté en général, surtout lorsque la saison sèche arrive en été.

L’élevage ovin et caprin

Actuellement, des activités sont menées en Europe pour encourager l’élevage d’ovins et de caprins, afin que davantage de personnes y participent et prennent conscience des avantages qu’il leur apporte, ainsi qu’à la société en général. D’une part, la viande est très riche, d’autre part, les consommateurs contribueraient à la protection de l’environnement. En effet, en mangeant l’herbe, ces animaux évitent l’accumulation de celle-ci en grande quantité. En outre, les ovins et les caprins permettront aux agriculteurs de défricher plus facilement les terres.

Interprofessionnel Agroalimentaria del Ovino y el Caprino

L’Interprofesional Agroalimentaria del Ovino y el Caprino, Interovic, mène des campagnes visant à promouvoir la consommation de viande ovine et caprine, de sorte que les personnes qui la consomment contribuent au maintien des forêts.

D’autre part, nous pouvons mentionner que parmi les programmes, le mouton de feu se distingue, qui a été efficace dans la prévention des incendies, a amélioré l’économie de la zone rurale et a favorisé la biodiversité.

En outre, Interprofessional a mené des activités visant à promouvoir la connaissance du pastoralisme et de ses avantages économiques, sociaux et culturels. Ils le font pour inciter davantage de personnes à se joindre à la cause et pour réduire le risque d’incendie de forêt dans la plupart des villages.

Débroussailleuses naturelles

Les moutons consomment quotidiennement 2,5 à 3 kilos d’herbe sèche, comme les espèces ligneuses et les arbustes. Les chèvres adultes consomment entre 1,5 et 2,5 kg. Les deux espèces sont considérées comme des débroussailleuses naturelles car ce sont des animaux qui nettoient les fermes quotidiennement.

En plus d’aider à prévenir la propagation des feux de forêt sur des milliers d’hectares, les chèvres peuvent aussi brouter sur les pentes des montagnes. En d’autres termes, ces animaux sont des débroussailleuses efficaces, ils constituent donc une bonne option si le propriétaire de l’exploitation veut réduire les coûts d’entretien des terres.

Toutefois, ces animaux nécessitent des soins continus, car il est nécessaire que les vétérinaires leur administrent de temps en temps des vaccins et des vitamines. En outre, ils ont besoin de beaucoup plus de soins lorsqu’ils sont jeunes.

Porco Celtique

Les porcs celtiques peuvent être considérés comme des débroussailleurs naturels car ils mangent aussi de l’herbe. En Galice, à Lugo et à La Corogne, on trouve encore ces types de porcs, qui sont très utilisés pour l’élaboration de saucisses. En effet, les porcs celtiques ont de grandes quantités de viande et de graisse comestibles.

Les porcs celtiques font partie d’un projet de nombreux villageois visant à défricher les fermes et à nourrir la population, ce qui contribue également à la reproduction de cet animal en voie d’extinction. Il convient de noter que depuis 1999, des travaux ont été réalisés sur la croissance de cette race porcine indigène de Galice.

Vache à cornes

Il s’agit d’une espèce bovine de Galice et du Portugal. C’est une race de vache qui est en voie d’extinction. Ce sont aussi des animaux de travail qui mangent aussi de l’herbe, ils sont donc utilisés pour aider à nettoyer les fermes.

D’autre part, nous avons mentionné que de nombreux villageois choisissent d’élever ce type de bétail, car les vaches cachena sont très travailleuses et produisent du lait. Leur viande est même très délicieuse, de sorte qu’elle est aussi souvent consommée par les villageois galiciens.

L’entreprise Terra Ibéricas Desarrollos, de Teruel, a l’intention d’utiliser les vaches de la cachena pour défricher 3000 hectares de terres, car ces animaux ont des cornes qu’ils utilisent pour se frayer un chemin à travers les buissons, atteignant ainsi des endroits auxquels les autres types de bétail n’ont pas accès. Bien entendu, ces vaches seront accompagnées par les races Angus et Avileña, qui sont également des herbivores efficaces. En d’autres termes, la génisse est une alternative bon et bon marché pour l’agriculture de la région.

C’est pourquoi la vache à câlins est aussi appelée pompier, car elle aide à réduire la brousse, qui représente un grand danger pour les villageois les jours de chaleur et de sécheresse, car elle pourrait provoquer des incendies.