Dinbeat PRO : un gadget qui surveille la santé de notre chien


La société Dinbeat a lancé un nouvel appareil sous forme de harnais, appelé Dinbeat PRO, qui est conçu pour mesurer les signes vitaux de la température, du rythme cardiaque ou de la respiration par minute de notre chien, lorsqu’il est hospitalisé ou dans les cas où il est nécessaire d’effectuer une surveillance spécialisée.

Dinbeat est une start-up espagnole, fondée en 2016 et dirigée par Talia Bonmatí de Barcelone, qui s’est associée à un groupe de vétérinaires spécialisés de l’hôpital vétérinaire universitaire de Murcie et de l’université autonome de Barcelone pour créer deux prototypes entièrement fonctionnels permettant de contrôler les signes vitaux des animaux de compagnie et de surveiller leur santé, sans avoir à les manipuler constamment. Dans cet article, nous vous invitons à découvrir en quoi consiste ce gadget et quelle est son utilisation pratique pour nos animaux de compagnie.

Qu’est-ce que Dinbeat PRO ?

Comme expliqué ci-dessus, le Dinbeat PRO est un gadget en forme de harnais, qui nous permet de contrôler les signes vitaux de nos animaux de compagnie, en surveillant en temps réel et à distance la santé des animaux, sans avoir à être sur eux tout le temps.

Son utilisation est principalement destinée à l’animal hospitalisé ou en convalescence, et son fonctionnement repose sur l’envoi d’alertes au vétérinaire, lorsqu’il détecte une variation des signes vitaux de l’animal, le stockage automatique des données dans l’historique de santé du patient et leur montage dans le nuage.

Le gadget comprend un harnais avec un système de capteurs qui mesurent la fréquence cardiaque, les niveaux de température et la respiration par minute, et intègre une unité centrale avec l’électronique principale où sont stockées toutes les données collectées. Cette unité est amovible, ce qui permet de l’utiliser dans les différents modèles de taille disponibles.

Il faut également noter que Dinbeat Pro peut également enregistrer d’autres variables, telles que les calories brûlées, la position du chien, l’activité physique, la fréquence ou la durée des aboiements, entre autres. L’avantage de ce dispositif est qu’il n’a pas besoin de nombreuses homologations comme dans le cas des dispositifs médicaux pour l’homme, puisqu’il n’a besoin que de l’autorisation d’un dispositif à technologie électronique conventionnelle pour sa commercialisation.

La sauvegarde de cette technologie est-elle sûre ?

En principe, cette technologie a été conçue pour les chiens, mais les créateurs considèrent qu’il s’agit d’un produit qui pourrait être utilisé pour d’autres animaux, tels que les chats ou les chevaux, et le lancement est fait pour les médecins vétérinaires qui envisagent de lancer ultérieurement le produit pour les particuliers, où le propriétaire de l’animal contrôlera les signes vitaux du chien par le biais d’une application.

En ce sens, l’entreprise souligne que ce produit serait lancé au dernier trimestre 2018 et ce qui est recherché, avec ce dispositif technologique, est d’économiser aux vétérinaires 60% des dépenses qui pourraient être liées à la surveillance constante des patients malades.

Ils prévoient également que les vétérinaires pourraient louer l’appareil pour les patients qui n’ont pas besoin d’être hospitalisés, mais qui ont besoin d’un suivi médical pour connaître leur évolution.

En ce qui concerne le soutien de ce projet, il convient de noter que l’entreprise a jusqu’à présent obtenu le « Label d’excellence » de la Commission européenne et a été subventionnée par 20 entreprises, par le biais du « Capital de démarrage », et qu’un total de 155 000 euros a été collecté grâce à un prêt accordé par Enisa, sa famille et ses amis. Elle est également soutenue par un groupe de vétérinaires convaincus de l’importance médicale d’un tel dispositif pour la santé de leurs patients canins.

Ce projet est en phase d’essai, pour validation, par des membres de l’hôpital vétérinaire de l’Université de Murcie en collaboration avec l’Université autonome de Barcelone, et est en train de clôturer un cycle avec des investisseurs privés qui étaient intéressés par le projet afin de lever des fonds pour la fabrication et la commercialisation des premiers gadgets.

Si tout va bien, cette entreprise vise à devenir avec cet outil la meilleure marque de harnais pour chiens du marché espagnol, car ils disposent d’un produit qui peut être très utile pour contrôler médicalement l’animal dans sa phase de récupération, sans avoir à surveiller ses signes vitaux. Ainsi, en mettant en vente les premiers harnais, ils pourraient attirer des fonds d’entités privées, pour fabriquer le produit à grande échelle, même au niveau international.

Autres « articles portables » pour les animaux de compagnie

Bien que ce dispositif soit intéressant, il n’est pas le seul dispositif technologique qui existe sur le marché des animaux de compagnie, car d’autres développeurs ont été chargés de créer certains « wearables » (terme utilisé pour englober l’ensemble des dispositifs électroniques qui sont incorporés dans une partie du corps), pour attirer les propriétaires d’animaux de compagnie dans le monde numérique et ajouter les animaux à la vie 2.0.

Par exemple, lors de la dernière exposition Wearable Expo à Tokyo, une société japonaise appelée Anicall a conçu un collier à capteur qui se connecte par le biais d’un programme pour « smartphones », qui propose de traduire le comportement du chien ou du chat en sensations possibles qu’il peut ressentir pour apparaître sur un écran numérique, comme le note Masayoshi Asai, qui en est le créateur.

Selon cet inventeur japonais, l’appareil électronique est capable de reconnaître les différentes humeurs comportementales des animaux et de les traduire afin que les humains puissent savoir ce que ressentent leurs animaux. Mais en plus de cela, le capteur pourrait détecter certaines anomalies chez l’animal qui vous permettront de savoir s’il est en parfaite santé ou s’il est malade, en suivant ses antécédents.

Pour sa part, le Dr Gabriel Lopez, vétérinaire, après avoir analysé cet appareil, a déterminé qu’il s’agissait d’un bon outil pour mener des études sur les animaux de compagnie qui peuvent souffrir de maladies telles que le cancer ou le stress, car presque toujours les propriétaires ne tiennent pas de registre de la promenade de leur animal ou de son repos, ces données étant importantes pour déterminer s’il y a eu des progrès chez le patient.