Le skateur qui est devenu célèbre sur Internet

L’Espagnol Adolfo Montoya a construit un étonnant scooter à essence à partir de pièces recyclées et a utilisé un moteur de débroussailleuse comme élément principal. C’est un dispositif qu’il a appelé Frankenstein, parce que, bien qu’il ait une conception extérieure similaire à la patinete, celle-ci comporte des pièces d’autres véhicules.

Mécanique et créativité

Adolfo aime la mécanique et fait des inventions dans sa maison depuis quelque temps déjà. Cette fois, il a créé un scooter avec un réservoir de carburant. C’est pourquoi ses proches l’appellent MacGyver, qui est une émission de télévision américaine dont le protagoniste est un éminent inventeur.

Il faut beaucoup de créativité pour faire ce qu’Adolfo a fait, car cela nécessite non seulement des connaissances sur le fonctionnement mécanique d’un véhicule, mais aussi de nouvelles idées qu’il trouve simplement.

Ce fait peut inspirer de nombreux inventeurs et entrepreneurs aujourd’hui, de sorte qu’ils lancent des projets auxquels d’autres n’ont pas pensé. En d’autres termes, pour de nombreux mécaniciens, Montoya est un exemple à suivre, puisque l’invention qu’il a faite et qu’il a appelée Frankenstein a transcendé les frontières sur Internet.

Bien sûr, la façon dont son invention a été connue n’est peut-être pas la plus appropriée, car elle est due à une amende qu’il a reçue pour avoir conduit ce véhicule sur une voie publique. Toutefois, les avantages pour la société liés à cette invention sont encore assez positifs. Plusieurs sites web ont même interviewé Montoya pour lui expliquer comment il a créé le scooter, quels matériaux il a utilisés et combien de temps il lui a fallu pour mener à bien cette tâche.

Protection de l’environnement

Il n’est pas facile de fabriquer un scooter à essence avec des matériaux ou des pièces provenant du recyclage, mais cet habitant de Lugo a réussi à synthétiser un véhicule à deux roues avec des éléments d’autres choses qu’il avait peut-être abandonnées dans la cave. Par exemple, il a pris la selle d’un vieux vélo et l’a mise sur le scooter. Rien qu’avec cela, il réutilise des pièces et prend soin de la planète.

De plus, Adolfo nous dit qu’il a utilisé une mini-moto pour le réservoir de carburant. Il a ainsi pu démontrer qu’il n’est pas nécessaire d’investir trop d’argent pour créer un véhicule chez soi. Il a simplement pris ce qui se trouvait à proximité et en a fait bon usage.

D’autre part, le guidon utilisé est un guidon de vélo en forme de Y, et il est également doté de poignées en caoutchouc pour le tenir plus précisément lors de la conduite.

Moteur de débroussailleuse

Montoya a créé une machine bon et bon marché sans avoir à utiliser de machines lourdes ou de nouvelles pièces, car le moteur qu’il utilisait pour faire tourner le scooter était celui d’une débroussailleuse qu’il avait chez lui.

Il s’agit d’un moteur de 33 cm3, sa puissance n’est donc pas destinée aux grandes vitesses ou à l’ascension de pentes, mais il sert à se déplacer d’un endroit à l’autre.

Ce moteur a une autonomie de 2 à 3 kilomètres et atteint une vitesse de 15 km/h. Selon Montoya, son fils de 14 ans court plus vite.

Accélérateur

Afin d’augmenter la vitesse du scooter, Montoya a installé un accélérateur avec des pièces de débroussailleuse. Il a ainsi pu se déplacer sur la route, ce qui lui a évité de marcher et lui a permis d’arriver plus rapidement à destination.

De plus, pour que le moteur puisse faire tourner la roue arrière du scooter, il a utilisé une mini chaîne de vélo.

Châssis renforcé

Cette débroussailleuse est dotée d’un châssis renforcé pour supporter le poids du moteur et de la personne qui le conduit. Cela a été réalisé avec des morceaux de fer, afin qu’il soit suffisamment solide.

En d’autres termes, il a utilisé de simples morceaux de ferraille pour renforcer le scooter afin qu’il puisse être conduit par lui-même.

Prix du scooter Frankenstein

Compte tenu du fait que le moteur est une débroussailleuse et que la main-d’œuvre a pris 7 à 8 heures du temps de Montoya, il dit que, s’il pouvait la vendre, il demanderait 200 euros. Cependant, pour vendre ce gadget, il doit faire approuver la patinete, ce qui peut être très coûteux et nécessiter des formalités administratives fastidieuses.

Adolfo veut donc profiter du fait que son invention est devenue virale dans les réseaux sociaux pour trouver un emploi dans une importante entreprise de mécanique. En outre, nous mentionnons que l’inventeur vit à O Carqueixo, Lugo et qu’il y change les moteurs, les culasses, les plaquettes de frein, etc.

Utilisation sur la voie publique

Il est évident que la sécurité sur la route est primordiale, donc pour utiliser cette invention, Adolfo doit respecter certaines règles de circulation. C’est pourquoi nous recommandons aux inventeurs qui lisent cet article de revoir les règles de circulation avant de rouler sur la voie publique avec leurs créations.

Par exemple, l’une des règles est de porter des protections telles qu’un casque, des coudières ou des genouillères. En effet, si un accident se produit sur la route, le conducteur sera protégé.

Le créateur du skateboard Frankenstein est condamné à une amende

Une semaine après avoir créé le scooter-slasher, Adolfo a décidé de se rendre à l’arrêt de bus pour chercher sa femme. Pour ce faire, il a dû emprunter la route LU-530 où deux agents de la circulation de la Garde civile de Lugo l’ont intercepté.

Au début, les agents ont été choqués, mais cela ne les a pas empêchés d’infliger une amende de 500 euros à Adolfo Montoya peu de temps après. Cela s’explique par le fait que le scooter n’était pas homologué et que le conducteur ne portait pas de casque.

Cependant, même s’il a été condamné à une amende, c’est grâce à cela qu’Adolfo a fait connaître son talent de mécanicien et d’inventeur. De plus, il n’a pas fallu longtemps pour que des centaines de personnes sur Internet manifestent leur soutien à cet homme. Bien sûr, les louanges à Montoya ne l’ont pas libéré de l’amende, mais elles ont motivé ce natif de Lugo à poursuivre son ingéniosité et sa créativité.